Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Bruits de bottes au CERPI !

Ce vendredi 1er décembre 2017, une activité fébrile régnait au siège du CERPI.  Une réunion spéciale y avait lieu en soirée et, durant la journée, notre président semble avoir été tout particulièrement occupé au téléphone, avec des contacts divers, sur des sujets apparemment aussi nombreux qu'encore mystérieux.  Au cours de l'interview qui a suivi, nous avons tenté de savoir ce qui se tramait derrière tout cela et, pour résumer l'idée de manière imagée, nous parlerions volontiers de "bruits de bottes" en faisant référence aux deux guerres mondiales...

M. Vanbockestal, il a régné aujourd'hui une effervescence particulière au CERPI.  Qu'est-ce qui a motivé tout cela ?

La situation présente, en général.  Une certaine clairvoyance en fonction d'événements avérés ou supposés mais très plausibles ainsi qu'une réponse logique à l'évolution générale du groupement et de son avenir.

La situation présente serait-elle donc préoccupante à ce point ?

Elle l'est certainement dans la mesure où nous devons faire face à plusieurs problèmes.  Mais quelques uns parmi ceux-ci étaient tout à fait prévisibles, d'autres moins.  Le problème réside dans le fait que certaines perspectives de développements d'événements nous obligent à adopter une stratégie très étudiée tout en évoluant dans un épais brouillard.  Car la stratégie d'en face est également nébuleuse.

Et à quoi devrions-nous faire face, selon vous ?

Pour l'instant, il est préférable que je ne réponde pas à cette question.  Je me réserverai d'ailleurs le droit d'éluder toute question.  D'ailleurs, nous ne savons pas encore nous-mêmes exactement à quoi nous allons devoir faire face, ni à qui, ni comment.  Cela oblige de toute façon à être généraliste et cela interdit les détails.  Mais ne vous tracassez pas avec ça : vous l'apprendrez toujours tôt assez !

Parmi les points qui ne sont pas soumis au "secret d'état", quels sont les points qui ont été décidés aujourd'hui ?

Ca ne va pas trop vous plaire, mais je ne pourrai pas non plus m'étendre sur ce sujet parce que nous devons garder un effet de surprise.  Nous ne pouvons pas dévoiler trop tôt nos intentions au risque que d'autres s'emparent de nos idées, les exploitent à leur tour, ou nous devancent.  Bien que cela m'étonnerait. 
Mais pour répondre malgré tout à votre question, je peux vous dire que les rangs de nos enquêteurs vont s'étoffer.  Il y a déjà trois nouveaux venus, sous statut particulier, dont un "géant" qui sera à la fois enquêteur et "garde du corps", le monsieur-muscles du groupe.  Il sera bienvenu.  Nous allons inaugurer un nouveau concept dans nos investigations, une sorte de réseau parallèle duquel nous espérons beaucoup.  Alors ce nouveau système sera conjugué avec un nouveau concept de communication.  En soi, il n'est pas réellement nouveau : c'est du déjà connu.  Mais nous allons nous baser sur une expérience qui a suscité beaucoup de succès, un fondement du Net et quelques points astucieux pour le sublimer.  Vous devriez commencer à comprendre dans pas trop longtemps.  Mais comme nous privilégions la haute qualité, il y aura forcément un délai.  je veux que les choses soient le reflet d'une très haute qualité.  Ca devrait faire mal !

Des changements au niveau du site Internet ?

Celui-ci sera très certainement impacté, notamment pour répondre aux nouvelles normes.  Il y a des choses que je peux révéler sans risques, comme l'adaptation au réseau mobile en raison de l'expansion du smartphone.  Des mesures d'économie en période de crise mais aussi de sécurité contre le piratage.  Il y aura prochainement une modification fondamentale qui risquerait de mettre notre site "down" (il ne serait plus accessible) pendant un certain temps, que nous tenterons de minimiser le plus possible.  Et puis, il faudra peut-être assurer une transition et donc des adaptations.  Mais tout ceci appartient à l'ordre normal des choses... Par contre, à ce niveau aussi il y aura des modifications subtantielles au niveau de la communication.  Le système existant est déjà très performant, mais j'ai demandé à pouvoir augmenter les potentialités.

La dernière newsletter présentait parfois des allures agressives.  par exemple dans les opérations "J'accuse".  Elles vont se poursuivre ?

C'est bien ce qui a été prévu, non ?  Donc, on ne fera pas marche arrière.  Mais cela doit être réfléchi, d'autant que nous allons progressivement monter en puissance.

Qu'entendez-vous par là ?

(Il semble contrarié par la question) Disons que nous prévoyons de devoir faire face à des réactions, sinon une adversité plutôt coriace.  C'est pour ça que les différents secteurs de nos activités devront agir en synergie.  Il ne pourra pas y avoir de maillon faible.  Plus que jamais, il faudra que le groupement soit costaud.

Vous avez l'intention de procéder à des révélations ?

Ah !  Il est beaucoup question de "révélations" ces derniers temps !  Un autre terme semble plus à la mode par les temps qui courent.  Alors, encore une fois, je ne peux pas trop vous en dire sur le sujet, mais il est certain que nous allons devoir lâcher du lest et dévoiler une partie de certains de nos secrets internes.  Nous allons devoir jouer d'astuce pour lever le voile sur certaines choses, sans aller trop loin mais en allant quand même assez loin, le juste milieu, quoi !

Est-ce que c'est ça qui est dangereux ?

Si le sujet est bien maîtrisé, non : cela ne sera pas dangereux.  Mais, justement, il faudra que ce soit parfaitement maîtrisé.  Sinon, cela deviendra vite un jeu très dangereux.

Vous vous imaginez bien que je vais vous demander de développper un peu ?

Oui, hélas.  Mais je vais être obligé de devoir vous répondre de manière sibylline.  Voyons, soyons logiques : nous évoluons dans une activité qui consiste à étudier et analyser des phénomènes inexpliqués.  Si on leur enlève rationnellement leur chape de mystère, on en dévoile les rouages.  Ceux-ci peuvent être anodins, sinon naturels.  Mais d'autres peuvent faire appel à toutes sortes de sphères, lesquelles pourraient être réactives car elles n'aiment généralement pas de se trouver à découvert.  Ou disons : trop près de la surface...  Vous savez, dans l'existence du CERPI, on a déjà remarqué à maintes reprises que certaines instances n'appréciaient pas trop que l'on creuse trop profondément, que l'on soit trop perspicaces, ou trop tenaces, trop obstinés.  Il est vrai que nous sommes parfois, dans nos investigations, comme ces représentants de commerce que l'on met à la porte mais qui reviennent par la fenêtre !

Et, à cette époque de l'année, même par la cheminée !

Ouais !  Sauf que l'on n'a pas vraiment affaire au Père Noël !

Justement, nous avons plusieurs fois surpris des termes tels que "renforcement", "monter en puissance", "dévoiler nos batteries", il a été fait allusion à cette vieille image du "destroyer du CERPI", autant de termes qui font penser à des "bruits de bottes" pour rester dans le même genre d'images "belliqueuses"...

Ce n'est pas bien d'écouter aux portes !

Mais quant à la réponse ?

Vous n'avez pas formulé de question, notez bien !

Ces expressions sont-elles justifiées dans cette optique et si oui, en quoi ?

Vous savez bien que le CERPI n'a strictement rien de "belliqueux".  Il ne faut pas nous prêter des intentions que nous n'avons pas !  Mais d'une certaine manière, oui, on peut dire que le CERPI est sur le pied de guerre, car c'est la meilleure manière de sauvegarder la paix !

Donc, il y a clairement une menace ?

Mwoui !  Il y a une menace.  Sauf qu'elle est tout sauf claire.  Et c'est encore pis !

Comment cela ?

Mais... vous m'obligez à enfoncer des portes ouvertes pour vous répondre !  Voyons... Je vais aussi employer un langage imagé : si nous jouons aux chasseurs de fantômes mais que nous ne savons pas exactement ce que sont ces derniers, nous pouvons nous attendre à ce que cela soit tout et n'importe quoi.  Ou même rien.  Rien, cela ne fait généralement pas mal.  Mais tout ?  Alors de quoi se compose ce tout ? Pontentiellement :  de l'humain ou du non-humain.  Nous savons déjà que l'humain peut être très dangereux, mais que savons-nous du non-humain ou de la conjonction des deux et de la réaction des autres, c'est-à-dire de ceux qui pourraient être à l'origine de cette éventuelle conjonction ?  Vous voyez, ce n'est pas aussi évident !  Bref, il y a tout un éventail de possibilités.  Maintenant, si dans ce tout vous trouvez de l'humain qui joue au fantôme ou du non-humain camouflé en humain ou en autre chose mais qui s'entend avec de l'humain pour rester fantôme, ça devient compliqué, non ?

Oui, plutôt.  Mais est-ce bien à ce genre de choses que le CERPI aurait affaire ?

Si je le savais...  Mais peut-être aussi que si je le savais je ne vous répondrais pas non plus !  Parce qu'il n'est pas toujours bon que l'on sache que nous savons, c'est le noeud du problème !

Cela ressemble à de l'espionnage, contre-espionnage, ce truc.  Mais le CERPI ne s'occupe pas de ce genre de choses, tout de même ?

Non.  L'espionnage ne figure résolument pas dans les objectifs et les prérogatives du CERPI.  Mais parfois nos investigations s'y apparentent.  Et donc, il faut prévoir l'imprévisible dans le visible et l'invisible !

On a compris que vous resteriez dans le secret.  Mais pouvez-vous nous donner quelques exemples de mesures qui auraient déjà été prises ?

Mais oui, bien sûr !  C'est un peu comme si vous demandiez à un chef d'armée de vous dresser une liste de ses forces avec ses localisations, etc.  Tout ce que je peux vous dire c'est que nous allons rappeler des réserves, réveiller des dormants, travailler d'arrache-pied, prendre beaucoup de précautions, prévoir des fausses pistes et des voies de garage et même pas mal d'intendance.  Nous allons aussi supprimer des inerties et mettre en oeuvre des armes secrètes et des infiltrations.  Ces dernières sont même déjà programmées.  Elles peuvent être très eficaces dans les cas de tendinites ! (Rires).

M. Vanbockestal, le mot de la fin sur cette future "guerre" ?

Le mot de la fin ?  Ce sera peut-être "Aaaah !"  Mais ce sera certainement après une belle bataille !  En tous cas, les préparatifs sont grandioses.  Le résultat : l'avenir nous le dira !  Oah !  J'ai trouvé un jeu de mots pour terminer et peut-être fera-t-il l'affaire : notre bataille manquera sans doute de canons, car il a surtout été question de hausser le thon !  Et si vous en voulez un autre : paradoxalement, les fantômes ne feront plus pâle figure à la télévision, une fois qu'ils seront libérés de leurs chaînes !