Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Halloween

happyhalloweenblkcatMasques et capes, araignées et dents de vampires, cornes et fourches du diable, façades et maisons décorées de fantômes ou de sorcières, citrouilles et autres coloquintes, vous l'avez compris: il est question d'Halloween!

A présent, tout comme pour la Noël et la Saint Nicolas, Halloween fait partie de nos fêtes et les articles se trouvent en magasin peu après les grandes vacances déjà. Jadis, on ne fêtait pas Halloween dans nos pays. C'était, pensait-on, réservé aux États Unis.

Bon! Le monde évolue, faisons avec! Mais quelle est l'origine d'Halloween? Pourquoi tout ces monstres et autres choses horribles? C'est ce que vous découvrirez dans ce dossier.

Halloween, les origines, la légende de la citrouille

chatripsorcierIl y a plus de 4000 ans, les Celtes vivaient en Grande-Bretagne et en Irlande. Ils adoraient la nature et priaient plusieurs dieux. Il vénéraient surtout le dieu du soleil, car il était celui qui fixait les périodes de travail et de repos et qui faisait pousser les cultures.

L'importance des récoltes était telle que les Celtes célébraient le nouvel an le 1er novembre. Chaque année, ils organisaient un festival pour souligner la fin de "la saison de la noirceur et du froid". C'était le festival de Samain.

Il faut dire que les Celtes croyaient que, pendant l'hiver, le dieu du soleil était fait prisonnier par Samain, le seigneur des morts et le prince des ténèbres. Samain rassemblait toutes les âmes des morts la veille du nouvel an (soit le 31 octobre) pour qu'elles puissent aller visiter leur ancienne demeure.

Pour circuler parmi les vivants, certains morts prenaient diverses formes d'animaux, celle de chats noirs entre autres. Cela faisait peur aux Celtes qui croyaient que les morts en profitaient alors pour détruire les récoltes, voler les bébés et tuer des animaux de ferme. Par contre, c'était aussi une occasion d'entrer en contact avec des esprits.

jacofantomehacheLe 31 octobre, une fois les récoltes emmagasinées en vue du long hiver qui s'annonçait, le peuple celte se préparait à célébrer le festival de Samain. On éteignait alors les feux dans toutes les demeures. Les druides étaient chargés d'apaiser les âmes en cavale et de protéger leur peuple. Ils se réunissaient donc dans une forêt de chênes. Ils allumaient d'immenses feux et offraient en sacrifice des produits récoltés et des animaux. Ils croyaient qu'en offrant de la nourriture aux esprits, ceux-ci ne leur joueraient pas de mauvais tours. Puis, ils dansaient autour des feux, en célébrant le passage de la saison du soleil à la saison des ténèbres.

Le lendemain, les druides remettaient à chaque famille une braise des bûchers pour qu'elles puissent allumer un feu qui les protégerait contre les mauvais esprits pendant le reste de l'année.

Beaucoup plus tard, les Celtes ont continué de célébrer le festival de Samain. Comme ils ne voulaient pas que les esprits leur fassent du mal, ils déposaient de petits cadeaux et de la nourriture sur le pas de leur porte. Pour plus de sûreté, ils se déguisaient avant de sortir pour tenter de ressembler à ces esprits, monstres et sorcières qui erraient autour d'eux. Ils sculptaient aussi des visages démoniaques dans des navets et y plaçaient une chandelle à l'intérieur pour s'éclairer.

Au premier siècle après J.-C., les Romains ont envahi l'Angleterre et ont transmis certaines de leurs coutumes. L'une était le Jour de Pomona, la déesse des fruits et des jardins, célébré autour du 1er novembre. Les deux fêtes, Samain et le Jour de Pomona, se sont donc confondues au fil des siècles pour devenir une seule grande célébration automnale.

En 835 après J.-C., l'Église catholique romaine a décrété le 1er novembre le jour de la Toussaint. En anglais, on l'appelait "All Saint's day" ou "All Hallow's day" et la veille de cette journée s'appelait "All Hallow's evening". Après des années, ce mot s'est transformé en "Halloween".

h-ghost10En anglais, la citrouille de l'Halloween s'appelle "Jack-o-lantern". Ce nom provient d'une légende celte qui remonte à l'époque où ce peuple creusait des navets pour s'éclairer le soir de l'Halloween et chasser les mauvais esprits. Dans cette légende, Jack, un vieil homme acariâtre et cruel, était si méchant que même l'enfer l'a rejeté. Le diable lui a donné un charbon brûlant et l'a condamné à errer parmi les humains. Pour pourvoir s'éclairer, Jack a déposé ce charbon dans un navet et s'est mis à chercher un endroit où son âme pourrait reposer en paix. Selon la légende, il court encore dans les rues, avec sa lanterne...

Au milieu du 19e siècle, beaucoup d'Irlandais ont émigré aux États-Unis. Ils ont amené avec eux leurs chants et leurs traditions. Ils ont donc continué de célébrer l'Halloween. Ils ont aussi découvert en Amérique ce gros potiron orange (citrouille), beaucoup plus volumineux et coloré que leur habituel navet. Avec le temps, ils se sont installés dans les divers États américains, ils ont perpétué la tradition avec la citrouille.

Voilà pourquoi la citrouille est sans doute le symbole le plus connu de l'Halloween, tandis que les couleurs orange et noir sont représentatives de cette fête; orange pour la citrouille et noir pour les ténèbres.

Je ne sais donc pas où va Jack. Quant à moi, par esprit de solidarité, j'irai où mes potes iront!

Halloween sous la loupe du CERPI - croquemitaine et traditions

h-ghost08Nous avons réalisé ces pages à propos d'Halloween parce que c'était de circonstance. Si on étudie les origines et les ramifications de cette fête à l'oeil objectif, on ne trouve rien de particulièrement surnaturel ni de paranormal.
Évidemment, le moment de l'année veut que "les jours raccourcissent", qu'on sent venir l'hiver (les anciens disent qu'ils devront encore "bien s'accrocher aux branches", façon imagée de rappeler que chaque hiver voit le décès de bon nombre d'entre eux). L'obscurité aidant, les multiples décorations et éclairages incertains et vacillants, les personnes déguisées, génèrent une ambiance à la fois lugubre et vaguement inquiétante.

La télévision et le cinéma en profitent pour sortir ou ressortir l'un des innombrables films mettant cette fête en scène et là, les choses se corsent. Il y a des "morts et des tués" et l'hémoglobine coule à flots après un suspens intolérable.
Mais nous rappelons que tout ceci ne trouve sa source que dans une légende très ancienne, que la fête a surtout pour but de... s'amuser, au détriment de la peur de certains parfois, c'est vrai, mais cela demeure bien innocent.

Que ceux qui rétorquent que tels ou tels faits sanglants et particulièrement horribles ont été perpétrés le jour d'Halloween considèrent que ce sont les malfaiteurs qui se sont inspirés de l'événement et non l'événement qui les a poussés par quelque force occulte.

Que des personnes au psychisme faible, influençables, puissent y trouver matière à raviver leurs pulsions, nous ne discuterons pas de ce problème qui tient plus de la psychanalyse que de notre domaine d'action.

Cependant, il est un personnage relatif à Halloween que nous ne pouvons nous permettre de passer sous silence, il s'agit du Croquemitaine!

Le Croquemitaine est un être légendaire (pourquoi pas Jack'o'lantern, au fait?) qui peut prendre plusieurs aspects et qui se montre généralement terrifiant et sanguinaire. On le décrit aussi comme une bête poilue, à l'haleine pestilentielle et présentant de grandes dents. Cet être, qui n'existe donc pas, fait pourtant parler de lui depuis belle lurette aux quatre coins du globe. Voici ce que l'on dit de lui:

skulls06Aux infâmes lamentations des damnés
succéderont les hurlements des vivants
et les âmes tourmentées noieront le monde
dans un flamboiement de Ténèbres.

Cette sinistre comptine résume à elle seule le terrible pouvoir de l'Ossuaire du Fossoyeur. Cette relique envoûtée par un puissant Nécromancien d'Achéron permet au Croquemitaine de renforcer son emprise sur les âmes en proie au doute. La peur de ses ennemis lui devient presque palpable et les doigts crochus de sa foi impie s'en saisissent pour la jeter en pâture aux dieux obscurs.

Autrement dit, les jeux d'Halloween, apparemment innocents, pourraient indirectement provoquer l'arrivée du Croquemitaine puisque l'on joue à se faire peur et que, parfois, on y arrive trop bien! Nous disions ci-dessus que l'ambiance lugubre et les déguisements pouvaient frapper les imaginations et que les âmes plus vulnérables pourraient en venir à douter de leurs convictions les plus profondes en matière de religion. Dès lors, le Croquemitaine surgirait et s'emparerait d'eux.

Il n'y a évidemment rien d'établi là dedans, loin s'en faut.

Une autre tradition

Le soir, les enfants vont faire du porte à porte pour obtenir des friandises qu'on leur aura préparées. La formule américaine "Trick or Treat" (un mauvais tour ou une friandise !) leur fera obtenir bonbons et chocolats. La tradition est d’acheter une "Pumpkin" ou citrouille, de la sculpter en forme de tête effrayante et d'y mettre une bougie.

Il semble pourtant important de respecter quelques règles de sécurité pendant cette fête. Pour les jeunes enfants, il est préférable de les faire accompagner par un adulte pour faire le porte à porte. Il y a en effet toujours bien un énergumène pour vouloir faire "plus vrai que vrai" et à trop vouloir faire peur aux autres on en oublie parfois les règles élémentaires de prudence. Par ailleurs, les déguisements épouvantables sont souvent de couleur sombre, non équipées de surfaces réfléchissantes et les petits diables sont donc potentiellement exposés aux accidents!

Voici à présent quelques trucs pour réussir votre fête d'Halloween:

Pour votre soupe au potiron!

Préparation : 20 mn

Cuisson pour cocotte : 20 mn Soupape verte ou Position I : 20 mn.
Pour 4 personnes, il faut : 1 kg à 1,5 kg de potiron, 1 oignon, 1 blanc de poireau, 2 pommes de terre, 100 g de crème fraîche, 50 g de gruyère râpé, sel, poivre.
Lavez les légumes. épluchez et coupez le potiron, le poireau, les pommes de terre et l'oignon en petits morceaux.
Versez 75 cl d'eau dans votre cocotte. Mettez tous les légumes dans le panier cuisson vapeur et posez-le sur son support. Salez et poivrez.
Fermez, faites monter en pression la cocotte sur feu vif; dès que la soupape chuchote, réduisez le feu et laissez cuire 20 mn à feu doux.
Mixez l'ensemble avec plus ou moins de liquide selon votre goût.
Ajoutez la crème fraîche et servez accompagné d'une coupelle de gruyère râpé.

Nous vous proposons aussi un lien qui vous permettra de choisir parmi trois recettes originales et intéressantes de soupe au potiron:

http://bangbang1969.free.fr/pageshtml/bangbang2/JeannePotiron.htm

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.