Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Invasion Extra-terrestre à Bois-de-Lessines

aer_petitbxlLa présente histoire n'est pas à proprement parler une histoire vécue du CERPI (à l'époque, le GESO n'existait même pas encore!), mais d'une part elle met en scène celui qui allait devenir plus tard notre leader et l'un de ses camarades de classe d'alors, d'autre part elle fait partie des canulars tellement gros et désopilants à la fois que nous ne résistons pas à vous en parler.  Désopilant?  Bof!  Vous jugerez par vous-mêmes.  Peut-être ne trouverez-vous pas cela marrant (c'est en tous cas ce qu'on du se dire plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de personnes au moment des faits) mais c'est en tous cas un souvenir impérissable!

Bois-de-Lessines, pour ceux qui l'ignorent (ce qui doit probablement être le cas pour des milliards de personnes, lesquelles ne s'en portent pas plus mal pour autant d'ailleurs) est un charmant petit village du Hainaut occidental. Situé non loin de Lessines, il se caractérise par de très nombreuses attractions touristiques:
toute une variété de champs (maïs, blé, betteraves, pommes de terre... passionnant!),
prairies, vergers, bétail et volatiles de basse-cour...
il y a même une agglomération constituée de quelques maisons que l'on trouve presque par hasard,
une église et, nec plus ultra: un club de foot! 
Mais rendons à César ce qui appartient à César, il faut aussi dire qu'il y a à Bois-de-Lessines, un bois (on s'en serait doutés!) dans lequel se trouve un magnifique château bordé de douves derrière lequel on peut encore trouver une potence d'époque. 

Il est important de signaler ici que, dans sa version originale, le présent article est sorti bien avant que Kamini ne nous présente Marly-Gomont et ses 95% de vaches pour 5% d'habitants, toutefois la proportion doit être à peu près identique.  Ce n'est pas de la prémonition, c'est du hasard et puis, nous sommes en Belgique et non en France, l'un n'empêche pas l'autre...) Vous aurez compris qu'entre Bois-de-Lessines et Saint-Tropez, il n'y a pas photo!

C'était pourtant une localité où il faisait bon vivre, du moins jusqu'en 1972, date à laquelle Saint-Tropez et Bois-de-Lessines (BDL) auront eu un point en commun: des extra-terrestres!  Des extra-terrestres sans Louis de Funès et son gendarme, mais tout de même avec une solide partie de plaisir (mais cela dépend pour qui...)

Commençons donc par situer l'action, remontons le temps à raison de quelques décennies et allons-y!

En juin 1972, M. Vanbockestal allait bientôt avoir quatorze ans et ne pensait certainement pas encore à administrer le CERPI, pourtant il devait déjà y avoir anguille sous roche puisque, avec son copain Daniel Vanwaeyenbergh, il étudiait déjà les phénomènes étranges, surtout dans les livres, il en écrivait même déjà aussi et la trame générale ressemblait parfois à s'y méprendre aux aventures de Lord Brett Sinclair et Dany Wilde (de la série "Amicalement vôtre"), auxquels les deux compères s'identifiaient.

Mais à défaut de circuler en Aston Martin, ils patrouillaient les chemins à vélo.  Ça fait nettement moins classe mais tout le monde ne provient pas de la Jet-Set anglaise ou américaine.

amicalementvotre04Or, ce jour là, ils avaient trouvé des traces particulièrement étranges dans l'un des champs avoisinants.  Était-ce là la preuve de l'atterrissage d'un OVNI?  C'est en tous cas ce qu'ils se demandaient.  Et en voyageant par monts et par vaux dans la région, ils ne tardèrent pas à trouver d'autres traces similaires, ce qui ne laissait pas d'inquiéter les deux traqueurs de fantômes en herbe.  D'autant qu'à l'époque, on ne parlait pas encore de crops-circles ou d'agroglyphes, ou en tous cas nettement moins que de nos jours.

Franchement, si l'on devait se trouver en présence de traces d'extra-terrestres, pensaient-ils, on pouvait bien se demander ce qu'ils seraient venus faire dans un bled perdu comme celui-là.  Mais après tout, peut-être auraient-ils pu connaître des problèmes techniques avec leur(s) soucoupe(s) volante(s) et choisir ce petit coin (on ne peut plus) tranquille pour assurer une réparation de fortune.  Peut-être aussi avaient-ils justement choisi un endroit parfaitement insoupçonnable pour commencer une invasion de grande envergure.  On ne sait jamais! Après tout, les séries télévisées de ces années mettaient aussi en scène un certain David Vincent qui, à la recherche d'un raccourci qu'il ne trouverait jamais, rencontrait en terrain isolé les fameux envahisseurs venus de l'espace.

chateau6Ils revenaient justement d'une visite près de l'une de ces traces mystérieuses, située non loin du fameux château de l'Estriverie lorsque, passant à proximité immédiate d'un champ de maïs, Michel perçut un bruit très suspect dans la végétation.  Laissant là un Daniel pas très rassuré, il ne fit ni une ni deux et fonça à travers les épis, sûr de tomber nez à nez (ou plutôt nez à mandibule) avec un être venu de l'espace.  Pour la circonstance, il n'avait rien prévu quant à la manière dont il se défendrait contre un zombulateur à variations thermonucléaires ni comment, le cas échéant, il aurait forcé le spationaute à le suivre... à vélo!  Qu'à cela ne tienne, il fit chou blanc (au milieu du champ de maïs) et revint sur la route, bredouille, persuadé d'avoir été à deux doigts de capturer un vénusien ou un plutonien.

Rétrospectivement, bien des années plus tard, nous ne pouvons nous empêcher de rire en pensant à ce couple qui, occupé de s'envoyer au septième ciel, fut dérangé dans ses grandes manœuvres par un gaillard qui cherchait un martien!

astonmartinCette fois, Daniel était également convaincu que Bois-de-Lessines était en train de vivre l'aventure la plus palpitante de son existence après le concours de tracteurs et les deux amis s'en retournèrent chez leurs parents respectifs pour annoncer la terrible nouvelle.  Ou plus exactement, à défaut de preuves, la sourde menace qui planait sur le patelin. 

C'est peu dire que lesdits parents se soucièrent fort peu de cette perspective qui paraissait aussi digne de foi qu'une promesse préélectorale. Il faut dire que les papas étaient bien trop absorbés par la retransmission du match de football qui opposait la Belgique à la RFA dans l'Euro 1972.  Pensez: la Belgique était en demi finale!
Armés de tout leur courage, Daniel et Michel revinrent donc sur les lieux, cette fois armés d'arcs et de flèches improvisés.

aer_eglise3Dans un souci d'efficacité, ils convinrent qu'il était judicieux de tester leurs "armes" au préalable et s'entraînèrent donc avec leurs arcs rudimentaires.  Il ne fallut que quelques minutes pour que l'une des flèches aille se ficher sur les fils électriques (à ce moment là, ils étaient encore bien visibles entre des poteaux et non pas enterrés comme de nos jours!)  Des fils se touchèrent en provocant d'abord une belle gerbe d'étincelles puis un magnifique court circuit...

Ils n'eurent pourtant pas l'occasion d'aller plus loin dans leurs investigations car ils ne virent bien sûr pas le moindre extra-terrestre, pas le plus petit bonhomme vert, pas l'ombre d'une soucoupe volante et c'est donc encore bredouilles qu'ils réintégrèrent, quelques temps plus tard, les domiciles parentaux.

En fait, ce n'est qu'à partir de ce moment que l'invasion prit réellement toute son ampleur!

Il devait effectivement s'être passé quelque chose hors du commun: les postes de télévision étaient éteints, les pères étaient nerveux et semblaient cette fois accorder plus d'importance aux dires de leurs rejetons.  Il faut dire aussi que l'obscurité avait fini par tomber sur la bourgade et qu'on se demandait bien pourquoi personne n'allumait les lumières.  Même l'éclairage de la rue faisait défaut et plongeait le village dans les ténèbres, créant une ambiance propice à booster les imaginations. 

On ne sut probablement jamais comment l'information arriva jusqu'au village même, une information surprenante selon laquelle on aurait vu des extra-terrestres à Bois-de-Lessines!  Le "téléphone chinois" avait du fonctionner!  Il paraît que quelqu'un avait même vu passer une soucoupe, laquelle aurait disparu au loin après un démarrage fulgurant! 

Les conversations se mirent à aller bon train, on vit des hommes rouler des mécaniques ("qu'ils viennent, ils trouveront à qui parler"!), des mères s'inquiéter de la tournure des événements, des paysans rentrer les bêtes précipitamment.  Certains téléphonèrent même aux champêtres ou aux gendarmes qui eurent tôt fait de les calmer, non sans envoyer malgré tout l'un ou l'autre combi en reconnaissance.

... et quand on pense que tout cela provenait seulement d'une panne de courant, de beaucoup d'imagination et de la propension qu'ont les gens à amplifier des événements anodins lorsqu'ils se trouvent dans un contexte inhabituel!
Quand à Daniel et Michel, ils se gardèrent bien d'avouer qu'une simple flèche avait été à l'origine de tout ce trouble.  Une flèche qui avait eu la malencontreuse idée d'aller se loger à cheval sur deux fils électriques...