Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Du calme à Arc-Wattripont !

Nous revenons sur l'Affaire de la fameuse maison d'Arc-Wattripont qui a récemment fait l'objet d'une nouvelle médiatisation.  Il appert qu'il nous appartient d'apporter quelques éclaircissements pour "calmer les esprits" (sans mauvais jeu de mots).

En effet, les D. initiaux, entendez par là les propriétaires de la maison où se passait jadis tant de choses très bizarres, n'occupent plus les lieux depuis déjà un bout de temps.  Suite logique, d'autres personnes sont venues habiter là.  C'est la vie.  Ces personnes n'ont évidemment rien à voir avec les précédentes et rien d'anormal ne se passe chez elles.
Seulement voilà, s'il semble que les nouveaux habitants étaient plus ou moins au courant de ce qui s'était passé dans ce domicile, en revanche ils n'en n'avaient rien dit à leur fille, afin de ne pas l'effrayer inutilement.  Cette dernière a toutefois été avisée de l'affaire via ses copines d'école ou, plus exactement, par l'article de Bruno Deheneffe paru dans "La Dernière Heure".  Hélas, la réaction ne s'est pas fait attendre : elle a immédiatement contacté ses parents afin de leur demander si tout cela était vrai.  Et en attendant, une fête aurait été annulée, ses copines ne voulant plus venir chez elle.  Triste !  Nous n'avons pas voulu cela et déplorons cet état de choses à la fois stupide et compréhensible.  Expliquons-nous !

C'est "stupide" parce qu'il s'agit d'une vieille histoire qui remonte à un passé déjà vieux d'un quart de siècle (1993).  On se doute bien que les phénomènes ont cessé depuis.  Dans l'autre cas, la maison aurait été, et serait restée, une attraction touristique et scientifique réellement hors du commun !  Ce serait vraiment un cas très exceptionnel et les scientifiques du monde entier se presseraient pour étudier ces mystères et tenter de leur trouver une explication.  Ce n'est évidemment pas le cas, faut-il le dire ?  Mais, dans la tête d'un enfant, les choses ne sont pas forcément pareilles et les inquiétudes, bien légitimes, sont compréhensibles.
La maman avait bien profité de l'aubaine de disposer de nombreux grands chiens, susceptibles d'être réceptifs aux choses bizarroïdes, pour s'assurer que tout était normal et, comme de fait, les braves toutous confirmaient la bonne santé de la maison.  Mais c'était insuffisant et surtout "trop tard" car "le mal" était fait.
En fait, rien de mal n'a été fait.  Aucun délit n'a été commis.  Nous n'avons pas raconté d'histoires et l'affaire n'est pas le fait d'un malade mental qui d'ailleurs, à notrte connaissance du moins, ne se serait pas suicidé non plus.  Les faits, désormais "historiques" si l'on peut dire, ont bel et bien été avérés par de nombreux gendarmes et policiers, mais aussi par d'autres personnes, si bien que le doute n'est plus guère possible.  Il n'en reste pas moins que ce qui s'est passé est terminé et depuis belle lurette !

Pour rassurer la gamine (et peut-être aussi un peu les parents) mais aussi pour que chacun comprenne bien, il nous semble intéressant de signaler ce qui suit :

1) Les phénomènes de poltergeist (c'est apparemment de cela dont il s'agissait) sont apparemment liés aux personnes et non aux lieux.  Or donc, les personnes de l'époque où sévissaient les événements n'étant plus présentes, les phénomènes ne se produisent plus.  Le contexte est également différent et il semble également que ce dernier ait son mot à dire.  De ce côté-là aussi les choses sont différentes et raison de plus pour que plus rien ne se passe.

2) Statistiquement parlant, il semble que la durée de vie des poltergeists soit inversément proportionnelle à leur intensité.  Le poltergeist d'Arc-Wattripont a été intense, c'est le moins que l'on puisse dire et donc, forcément, il a été limité dans le temps.  Rien de tout cela n'est incompatile avec ce que nous avons avancé.

3) Dès notre enquête (datant de 2010), nous avons pu constater que plus aucun phénomène n'était actuel.  Il nous a fallu rouvrir un cold case (un cas ancien).  Nous-mêmes n'avons assisté à aucun phénomène.  Il n'est donc pas étonnant que madame ne voie aucun objet se déplacer tout seul, aucune lampe exploser, etc.  Il y a toutes les chances que ceux-ci demeureront désormais bien tranquilles, comme le font tous les objets d'habitude ! Nous ne connaissons aucun cas de poltergeist qui soit permanent.  Il n'y a apparemment pas non plus de cas de "rechutes", sauf - parfois - à proximité plus ou moins immédiate des faits initiaux.  Un peu comme si l'on était passé, à un certain moment - dans l'oeil du cyclone.  Mais ce "cyclone" appartient maintenant à l'histoire ancienne.

Autre chose :

Pour toutes ces raisons, il est désormais parfaitement inutile, voire déplaisant, de s'attarder près de la maison, même par simple curiosité.  C'est le moment de dire : "Circulez, il n'y a plus rien à voir !".  Les voitures qui ralentissent là, ou s'y arrêtent, ne font que gêner la circulation et risquer les accidents.  Pour rien !  Nous invitons donc les curieux de tout poil de s'abstenir.  Les enquêteurs en herbe, ou les amateurs de sensations fortes en seront pour leurs frais : ils feront le déplacement pour rien.  Mais, en plus, ils seront agaçants et nuisibles, potentiellement dangereux.

Lisez plutôt le livre "Le poltergeist d'Arc-Wattripont, vérité, scandale et désinformation" (Edts "Le Temps Présent" - collection "Fonction psi", qui vous en apprendra bien plus !

Un dernier point :

Il faut encore signaler que notre enquête a largement démontré que les exorcismes qui ont été pratiqués là ne reposaient sur aucun fondement suffisant par rapport aux critères retenus par l'Eglise traditionnelle.  Autrement dit : il n'y avait pas de possession démoniaque.  Voilà qui est important de signaler à l'heure actuelle, alors que les habitants aimeraient bien avoir la paix !

Cela n'entache cependant en rien ce qui a été avancé dans notre enquête, nous n'avons jamais prétendu autre chose.