Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Sujet poltergeist

Le CERPI vous promettait, depuis quelques semaines déjà, quelques petites surprises... Or, on était un peu comme soeur Anne, on ne voyait rien venir.

Il se fait que tout vient à point à qui sait attendre, qu'il nous faut souvent patienter nous-mêmes pour assurer le coup et éviter les déconvenues. Parfois, la diffusion d'articles doit être postposée pour des raisons stratégiques.  Il se fait que nous avons aussi subi des contre temps.  Mais aujourd'hui, nous sommes en mesure de vous présenter le sujet de l'une de nos promesses (que nous avons l'habitude de tenir...) De quoi s'agit-il ?

Le sujet des poltergeists a fait couler beaucoup d'encre et aussi raconter n'importe quoi chez certains journalistes bien trop enclins à tout tourner en dérision (même quand ils savent eux-mêmes faire fausse route : bonjour la valeur de l'information sur les chaÎnes officielles !)  

On le sait, dans l'affaire d'Arc-Wattripont, le CERPI a mené une enquête extraordinaire, exemplaire et, ce qui n'avait jamais été fait auparavant avec autant d'efficacité, il a retrouvé la quasi totalité des protagonistes, près de vingt ans après coup, y compris les policiers et les gendarmes de l'époque qui, tous (ou presque) ont pu apporter leur témoignage concordant (tous les témoignages recueillis auprès des officiels sont concordants, seules les personnes que nous n'avons pas pu interroger sont susceptibles de ne pas être du même avis, mais cela représente une minorité infime !)  

Le CERPI avait aussi pu retrouver et interroger les personnes tierces et les propriétaires.  Mais il subsistait une ombre à ce merveilleux tableau : l'agent même du poltergeist nous avait toujours échappé.  Comme beaucoup d'autres dans pareil cas, il ne désirait pas s'exprimer (car, en fait, nous l'avons retrouvé, lui aussi !)

Le CERPI ne peut pas obliger les personnes à témoigner.  C'est facile à comprendre.  Nous ne faisons pas partie des services de police (et quand bien même !)

Cela constituait une lacune pour le moins embarrassante, non seulement parce que son témoignage aurait pu être très intéressant, voire primordial mais aussi parce que nous aurions pu proposer des tests, lesquels auraient pu être révélateurs.  D'une part, le sujet est déjà très complexe, d'autre part la phénoménologie accuse une reproductibilité en laboratoire sinon inaccessible, du moins extrêmement aléatoire et capricieuse.  Il n'est pas courant, en dehors des habituels allumés de tout poil, de disposer d'une personne qui provoquerait le phénomène de poltergeist.

Peut-être allons-nous pouvoir combler cette lacune !  Comment cela ?  C'est ce que nous allons vous exposer.  Ce n'est pas rien...

Or donc, voilà déjà de nombreux mois, nous avons fait la connaissance d'un jeune homme qui semblait vouer un intérêt assez particulier pour les phénomènes paranormaux.  La conversation s'est engagée suite à la sortie du livre : "Les Phénomènes Inexpliqués en Belgique" de M. Vanbockestal qui, rappelons-le, présentait sommairement l'affaire d'Arc-Wattripont (entre autres) avant l'enquête que nous avons menée.  Nous avons constaté que son intérêt se portait plus spécialement vers les cas de poltergeist et il y avait une raison toute trouvée à cela : il avait lui-même vécu un cas très semblable qu'il s'était employé à nous décrire.  (Ouvrons ici une petite parenthèse pour signaler qu'il existe une lointaine accointance avec l'ufologie, mais cela reste à préciser).

Tout en marchant sur des oeufs afin de ne pas brûler les étapes ou orienter la question, nous avons progressivement compris que cette personne semblait avoir connu une situation très similaire à celle de la maison hantée de la région de Frasnes-lez-Anvaing.  On pouvait comprendre que, placé dans une situation de conflit, l'individu aurait tout à fait pu exercer un pouvoir de l'esprit sur la matière, à son insu, tout comme dans l'hypothèse parapsychologique couramment admise.  

Toutefois, tout cela restait encore au stade des hypothèses.  Mais ce qui devenait très intéressant résidait dans le fait que cette personne présentait également des antécédents très semblables à ceux d'Eric, à Arc-Wattripont.  Mieux, les événements subis ont vu le jour dans une région fertile en poltergeists, dans laquelle des officiels ont eux aussi pu observer des phénomènes incroyables, d'assez parfaits alter ego d'Arc-Wattripont ayant également défrayé la chronique à une époque très proche, là où il nous sera assez facile d'investiguer.  Et ce n'est pas tout : d'autres événements très étranges sont également survenus dans une localité frontalière où notre homme habite désormais, où l'affaire a curieusement été étouffée (on se demanderait bien pourquoi, n'est-ce pas?) et où un psy a étudié la question.  (Et non, qu'on se le dise, le psy dont nous parlons ne fait pas partie de nos connaissances, ni de nos membres ou sympathisants et il n'est guère connu du grand public.  Ceci dit à l'intention des petits malins et sceptiques bornés qui envisageraient illico de cataloguer l'intéressé...)

Vous l'aurez compris, le CERPI dispose désormais d'un sujet (ou agent) poltergeist qu'il va lui être loisible d'étudier.  Il s'agit évidemment d'une opportunité fabuleuse, potentiellement très riche en enseignements et, probablement aussi, en surprises qui, sait-on jamais, ne plairont pas à tout le monde...

L'occasion étant trop belle, les coïncidences et synchronicités qui accompagnent cette "découverte" tellement époustouflantes, nous n'en dirons pas plus pour l'instant, laissant seulement à certains le loisir de ruminer toute leur jalousie.  Il nous faut évidemment protéger notre source, éviter la médiatisation prématurée et sauvegarder notre exclusivité.

Mais nous reviendrons bien sûr à vous dès que nous pourrons établir un premier rapport.