Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Un exorcisme intrigant

C'est Emeline, correspondante du CERPI, qui nous a rapporté cette vidéo d'un exorcisme.  Avant d'en discuter ensemble, nous vous proposons d'en prendre connaissance : cela se trouve sur cette page.

Voilà.  Bon... vous l'avez vu ?  Qu'en pensez-vous ?  Ou plutôt, pensez-vous comme nous ?

Nous, dans un premier temps, nous avons souri en nous disant : "Et voilà un fake de plus, rudimentaire de surcroît.  On prend les gens pour des imbéciles !"

Il y a à cela de nombreuses raisons et la première c'est l'ambiance de charlatanisme qui se dégage de la séance que l'on nous présente.  Soit : ne nous laissons pas forcément emporter par les apparences et voyons la suite.

Le motif de la consultation semble très emprunté :  quelque chose ne va pas dans l'évolution de ce jeune homme, ses projets n'aboutissent pas, quelque chose le bloque.  D'accord, sans doute cela correspond-il à une situation réelle mais elle n'implique pas pour autant le recours à un exorcisme.  Si tel était le cas le exorcismes seraient tous débordés de travail !  Que l'on évoque certaines nuisances, de mauvaises influences, soit.  Mais celles-ci ne sont pas pour autant forcément démoniaques ni même surnaturelles.  Il est donc curieux, voire suspect, qu'une personne évoque ce motif mais aussi qu'un officiant accepte de procéder à un rituel d'exorcisme pour ce même motif.  Passons.

Le prénom du jeune homme provient soit d'une simple coïncidence, soit d'une volonté particulière de la part des réalisateurs d'induire une idée de possession, du moins auprès des personnes qui disposent d'une certaine culture cinématographique (et/ou livresque) :  voir "Damien, la malédiction".  Si vous en avez le temps, faites un petit détour par le chapitre concernant les particularités du tournage du film, d'autant qu'une partie relate un fait survenu en Belgique, à 66.6 km de Liège...

En voyant l'appareillage déployé par l'équipe d'investigation, nous trouvons les sempiternels appareillages qui ne veulent strictement rien dire surtout dans le cas présent.  Nous aimerions que l'on nous décrive de manière claire et détaillée le rapport scientifiquement étayé entre une variation de champ électromagnétique et un cas de possession démoniaque (ou diabolique).  Voyons plus loin encore...

On remarque, toujours dans le cas présent, que c'est le magnétiseur (lequel n'est donc théoriquement pas habilité à pratiquer un exorcisme !) qui apporte les photos dans une enveloppe qu'il place lui-même dans un livre de prières confié ensuite au pratiquant.

Lorsque l'on remarque les vapeurs qui montent du sol, l'un de nos scientifiques nous a fait rire en évoquant de simples flatulences bien compréhensibles dans l'état de tension où se trouvait le jeune homme.  C'est amusant, pas forcément faux et donc peut-être vrai.  En tous cas, cela nous a permis un trait d'humour en nous disant que si l'exorcisme consistait à expulser le mauvais d'un corps, nous n'imaginions pas ce dernier sous cette forme.  Pet aux hommes de bonne volonté !
D'autre part, peut-être y a-t-il  un chauffage venant du sol en cet endroit.  Nous ne pourrons pas le savoir.

L'intervention du glaive n'est pas classique non plus et ne se rapporte pas à l'exercice du rituel canon.   C'est certes assez théâtral, cela convient bien pour une vidéo et l'idée de rupture, mais - pour notre part - cela s'arrêtera là.

Nous ne nous attarderons pas sur la problématique des orbes car ces petits machins-là éveillent fortement nos objections scientifiques.  Toutefois, sous l'influence des recherches de Madame Sylvie Joubert, dont nous avons lu les ouvrages, nous laisserons une place au doute prudent.

Le moment le plus extraordinaire semble atteint lorsque l'officiant prononce les traditionnels mots "vade retro satanas".  C'est en effet à ce moment que les mesures "explosent", dixit la commentatrice et celle-ci de préciser qu'elles atteignent 20 milli Gauss.  Il faut toutefois savoir qu'en plus de n'être en aucune façon significative, cette mesure est ridiculement faible au contraire de ce qu'évoquent ses propos.  Ici, ou bien il y a une erreur importante dans l'expression de la mesure ou bien il y a une forte induction au mensonge auprès des spectateurs.

Le dernier épisode est toutefois plus ennuyeux.  Il s'agit de celui au cours duquel l'officiant rapporte les photos du jeune homme, lesquelles sont comme calcinées par endroits.  Voilà qui nous rappelle une bien étrange histoire qui n'a peut-être pas encore révélé tous ses secrets.  Nous ne pourrons pas nous prononcer ici.  Il faut cependant noter que l'on ne dispose d'aucune idée du traitement qu'ont pu subir lesdites photos au cours des manipulations du guérisseur : toute supercherie reste donc parfaitement possible et continue de contribuer à la très forte impression de fake qui se dégage du document.

Sans épiloguer davantage sur le sujet pour l'instant, nous noterons seulement deux portes ouvertes vers le mystère, ou disons l'inconnu en attente d'explications rationnelles probables.